Allez au contenu, Allez à la navigation

L’incertitude domine à l’approche du référendum du Brexit et paralyse le marché

16/05/16

Semaine extrêmement calme sur les marchés avec des mouvements de faible amplitude en général.

Il faut quand même retenir le fort rebond des ventes aux détail américaines. Celles-ci devraient contribuer à une accélération des bonnes surprises économiques aux États-Unis et favoriser une hausse des attentes pour le PIB du second trimestre, estimé aujourd’hui à 2.2%. Les chiffres en Europe sont plus décevants, particulièrement en ce qui concerne la production industrielle. La Chine a quant à elle publié des volumes de prêt très en dessous des attentes du marché (ce que l’on peut prendre comme une bonne ou comme une mauvaise nouvelle).

La prochaine étape ? Cela va malheureusement dépendre d’un évènement fin juin dont on ne maîtrise pas l’issue : le référendum sur la sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne (Brexit). Il y a certes d’autres risques potentiels (élections espagnoles, possible réunion OPEP, etc…) mais le Brexit domine largement les débats.

Le problème n’est pas seulement que personne ne peut prédire ce qu’il va se passer (les bookmakers estiment à 75% le vote "rester dans l’UE" alors que les sondages sont plus serrés) mais également que la réaction du marché en cas de sortie est plus qu’incertaine : est-ce que les taux vont baisser pour relancer l’économie ou vont-ils monter afin de protéger une devise qui baissera ?

Cette problématique risque donc de continuer à "bloquer" les marchés pendant encore quelques temps. Nous pensons d’ailleurs que c’est une des raisons pour lesquelles les taux américains restent aussi bas. Enfin, ce vendredi a été surprenant avec des ventes aux détails et un indicateur Michigan qui se portent très bien alors que le taux 10 ans américain continue de baisser et que le dollar monte fortement.

On peut aussi noter que les actifs de pays émergents se comportent de manière très dissymétrique depuis quelques semaines. En effet, que les chiffres soient bons ou mauvais, ils baissent. Cela s’explique principalement à cause du dollar.

Chaque semaine l'Essentiel Marchés vous propose une analyse des dernières actualités financières par François Rimeu, Responsable du Pôle Total Return La Française Asset Management.

Revenir à la liste
Haut de page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.