Allez au contenu, Allez à la navigation

La reflation peut-elle se reproduire ? - La lettre Orientations et stratégie n°175

18/01/17

La fin d’année 2016 aura été marquée à la fois par la très forte résilience des marchés à des évènements à priori négatifs (référendum italien, élection US) mais aussi, et peut être surtout, par la forte hausse des actifs liés au thème de la reflation.

Forte rotation sectorielle à l’avantage des secteurs cycliques et financiers, hausse des matières premières ou encore hausse des taux : les marchés semblent attendre aujourd’hui une croissance et une inflation plus soutenues. La dernière réunion du FOMC le mois dernier est d’ailleurs venue confirmer ces attentes positives avec un rythme de hausse des taux revu légèrement à la hausse par l’ensemble des membres de la réserve fédérale. Ces mouvements sont-ils justifiés ? Peuvent-ils se poursuivre en début d’année 2017 ?


La réponse à la première question nous semble être positive. Les valeurs « value » ont largement surperformé leurs homologues « growth » mais cela s’explique par le très fort retard qu’elles avaient accumulé et par leur

différentiel de valorisation. Les anticipations d’inflation ont rebondi mais sans que cela soit déraisonnable et, là encore, ces actifs avaient atteint des décotes de valorisation importantes. De manière générale, les mouvements constatés ne nous paraissent donc pas déconnectés de la réalité. La réponse à la deuxième question est plus contrastée, mais penche là encore pour le oui, tout du moins à court terme. Les effets de base positifs d’inflation devraient pousser les anticipations à la hausse dans les mois qui viennent, même si cela sera moins prononcé qu’en fin d’année.

> Pour en savoir plus, téléchargez le dernier numéro d'Orientations et Stratégie

Revenir à la liste
Haut de page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus.